Police Territoriale Gardes Champêtres  
 
  Où en est-on ???? 20/10/2017 13 01 58 (UTC)
   
 

??????????????????????


Chères et Chers Collègues,

Nombre d’entre nous se posent les questions, qu’allons nous devenir ?

 

Des informations fusent sur la toile mais aussi des désinformations.

Certaines instances restent fermement attachées à notre « incorporation » dans les rangs d’une seule puissante et unique entité de « Police municipale », sans autre forme de procès. Ainsi les gardes champêtres feront parti du passé des communes rurales … à l’instar de nos curés, instituteurs, postiers, écoles …. et même brigades territoriales de Gendarmerie …

Un monde rural devenu une « réserve indienne » !

 

Ce qui m’interpelle dans cet acharnement à nous faire « rentrer dans le rang », c’est que certains petits « gardes champêtres »  se sont ralliés à ce mouvement se prétendant défendre le métier ………….en l’enterrant !

MAIS qui malgré la possibilité déjà du choix de concours, ensuite celui du détachement son restés dans ce cadre d’emplois des gardes champêtres !

 

Il fut pourtant si simple pour être agent de la Municipale, d’une de choisir le concours d’agent de police municipale, ou encore de le devenir par simple voie du détachement. Certains l’ont fait par soucis de la rémunération et du déroulement de carrière, et je ne les blâme pas c’est leur choix.

Alors pourquoi cet acharnement ?

Bêtise, hégémonie, crainte, c….rie  ?

 

Voici quelques années circulait sur la toile une réflexion d’un syndicat qui m’interpella :

« Les gardes champêtres auront des avancées, ce sont des postes de police municipale qui sont menacés …. » ( j’en ai gardé copie …)

 

Hé oui !

Sans doute est ce là, le leitmotiv fanatique de cet acharnement, car près de la moitié (+/- 40%) des effectifs des APM seraient en collectivités rurales, et nombre d’apm aspirent à se mettre « au vert » après quelques années de « galère » urbaine !   C’est compréhensible et de bonne guerre !

 

MAIS là aussi l’apm peut « migrer » vers le cadre d’emplois des gardes champêtres territoriaux par la voie de détachement qui à double sens, et là aussi certains l’ont fait, même un chef de service de PM que j’ai assisté dans sa démarche. Je ne fais aucun ostracisme.

 

Pour en revenir aux « chacals » qui hurlent à l’illégalité, à la non existence de la police rurale … la bêtise est au sommet, et plus haute elle montera, plus dure sera la chute ….

 

Nous n’avons jamais revendiqué un « CORPS » de police rurale, sachant que la police rurale reste un « corpus » des pouvoirs de police du maire, et qu’à ce titre ils n’existent que des postes ou services de « police rurale »  dont les personnels sont des gardes champêtres territoriaux, dûment nommés, agréés et assermentés qui agissent LEGALEMENT conformément aux articles : 15, 22 à 25 et 27 du Code de procédure pénale, et surtout L.1213-16 et suivants du CGCT qui précisent que les gardes champêtres sont particulièrement chargés de la police rurale.

 

Nos collègues alsaciens de la « Brigade Verte » sont un service de « Police rurale - Gardes Champêtres » unité intercommunale de personnels du cadre d’emplois de gardes champêtres territoriaux.

Nombre de postes, services, brigades sont dans ce cas de par l’hexagone !

Et même sur l’île de beauté …. à Porto-Vecchio !

 

Alors POURQUOI ces instances qui se réclament à corps et à cris de la défense des gardes champêtres, n’ont elles pas depuis ces deux décrets distincts de 1994, revendiqué et exigé …. et ceux de 2004 et 2005 : 

-         qu’il n’y ait QU’UN seul et unique décret …. Commun aux deux cadres d’emplois ;

-         demandé SIMPLEMENT l’intégration des gardes champêtres dans une grille unique (travail égal = salaire égal) de « polices municipales ».

-         demandé par cette intégration EGALITAIRE, une passerelle qui aurait permis à l’APM de devenir GCT et au GCT de devenir APM ;

-         étant égaux en salaires et dans le déroulement de carrière, il suffisait alors de choisir sa collectivé dans le respect du dualisme et du  partage de compétences …. Comme le Gouvernement à distingué les zones de compétences par le récent et actuel redéploiement des forces régaliennes de la Police et Gendarmerie Nationales.

 

Alors aujourd’hui   c’est bien  le législateur qui propose cette entité unique de « Polices municipales  et rurales » où le garde champêtre serait de fait et de droit intégré dans une grille unique, où les agents de cette entité seront à même de faire leur choix d’être des policiers municipaux ou ruraux.

On peut dire que cela est de bon aloi, pour préserver la sécurité publique autant dans les zones urbaines, périurbaines, que rurales. De laisser aux élus le libre choix pour avoir des personnels en parfaite adéquation avec leur territoire et, que ces agents soient donc efficients dans leurs prérogatives en adéquation avec leur ban communal.

 

La police en milieu urbain, n’est pas la police dans les communes rurales. Cette dernière reste bien spécifique selon l’identité même du ban communal, qu’il soit à vocation agraire, d’élevage, touristique, ou encore de réserve naturelle avec un parc national, régional ou encore départemental.

 

Ces territoires restent pour le moins les zones de compétences des gardes champêtres, et il serait dommageable que ces collectivités se trouvent démunies avec un agent limité dans ses prérogatives de police, face à la délinquance rurale, aux nuisances environnementales, à leur patrimoine naturel.

A quoi serviraient les textes de loi assurant la protection de ce patrimoine, si l’on ne peut être assuré qu’ils seront diffusés aux usagers et surtout respectés ?

 

La professionnalisation des « polices municipales » dont les gardes champêtres font partie au sens de cette généralisation, demande justement une clarification dans les termes, pour que dans l’imbroglio du terme,  qui permit tout ce tapage, cette hégémonie et ce combat stérile, qui de fait n’amena rien d’autres que la division et l'hégémonie.

 

Les nouvelles recrues, les jeunes qui sont entrés dans la métier par choix, mais surtout par vocation, car malgré cette invraisemblance où la ville de « Villejuif » créait plusieurs emplois de Gct (ce qui engendra un concours ..).

Je ne pense pas que les lauréats du concours de Garde Champêtre territorial aspirent à être employés comme gardiens de square, ou autre emplois contractuels d’agents de stationnement et de circulation en zone urbaine …. Préférant de loin  les champs, forêts, alpages,  au bitume !

 

Nous sommes gardes champêtres par choix et vocation et donc voulons le rester !

Nous réclamons depuis des années la parité et l’ÉGALITÉ de traitement et ….

NON d’être « recyclés » pour rejoindre les rangs d’un autre métier différent   !

 

Ayons confiance en l’avenir, les dés sont sans doute jetés, mais ils continuent de tourner pour certain, surveillons le tapis …

 

Avec mes cordiales salutations

et

que vivent les gardes champêtres !

 

Garde Champêtre Territorial

CHEVRIER Paul

Fier de l’être au présent, dans le respect du passé, pour le vivre à  l’Avenir !

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  Bouton "J'aime" de Facebook
  Publicité

=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=